Endocrino-psychologie

L'équilibre est naturel

La nature trouve toujours un équilibre, pourquoi pas nous ?

hippocrate-alimentation

L'appareil Equilios

Mode d'action de l'appareil

vibration

Il faut d'abord affirmer que la fréquence de vibration de l'Equilios est absolument dénuée de toute espèce de danger. Mais comment expliquer l'action de cette énergie vibratoire sur les glandes endocrines.

Les glandes sont les gardiennes de l'adaptation générale. Elles nous protègent contre toute influence externe éventuellement délétère ou "stressante" en tentant de conserver l'équilibre glandulaire qui doit maintenir tous les fonctionnements en état de marche.
Les vibrations électromagnétiques spécifiques générées par l'appareil sollicitent les réactions glandulaires dès qu'elles pénètrent par les plaques-électrode. Les glandes s'équilibrent alors naturellement, leur tendance naturelle étant de se réguler mutuellement et constamment.
Il s'agit d'une sollicitation systématique de l'ensemble endocrinien par les vibrations électromagnétiques et qui réalisent l'équilibration glandulaire. Mais pourquoi ces champs électromagnétiques agissent-ils spécifiquement sur les glandes endocrines ?

adaptation

Parce que les glandes sont nos organes adaptatifs par excellence. Elles fluctuent, changent leur régime fonctionnel à chaque fois que la situation le demande. Que ce soit physiquement ou psychologiquement, les glandes adaptent leur fonctionnement aux nécessités environnementales.
L'action est physique lorsqu'on considère leur influence sur le corps, par exemple dans la protection contre le soleil (l'hypophyse agissant sur le bronzage de la peau) ou les modifications de température interne : fièvre en cas d'attaque microbienne, régulations internes lors des changements de température extérieure (la thyroïde), ou enfin tension musculaire extrême pour fuir un danger (les surrénales).
L'action est psychologique dans toute les situations qui réclament une réaction émotionnelle, mais aussi intellectuelle lorsque nous devons adapter notre langage, répondre à une objection, chercher dans notre mémoire, réprimer une agressivité ou opérer un travail intellectuel.

Dans tous les cas, les glandes modifient leur régime afin de maintenir la bonne adaptation. Le cerveau n'est pas directement impliqué hormis dans le stockage en mémoire, cette mémoire ne demandant qu'à être réactivée en permanence.
Les glandes sont donc nos gardiennes les plus précieuses. Elles nous protègent des agressions et dans tous les cas, ce sont elles qui réagissent les premières pour "apprécier" nos forces de réaction et régler notre réponse en fonction des impacts qui nous atteignent.
Puisque les glandes réagissent très vivement, une énergie vibratoire appliquée sur le corps va aussitôt mettre en oeuvre les forces réactionnelles et adaptatives pour réagir contre l'agent éventuellement perturbateur.
C'est précisément dans cette réaction nécessaire que les glandes font intervenir leur équilibre fonctionnel. Les glandes sont alors dans l'obligation de s'autoréguler de façon plus ou moins intensive. Elles s'efforcent de maintenir nos constantes intérieures (pulsations cardiaques, température interne, ventilation pulmonaire, valeur des composants sanguins, taux de sucre, de calcium, etc.) en contrant "l'agent perturbateur" que pourrait représenter en ce cas le champ vibratoire.
Cette autorégulation s'exerce selon une tendance naturelle qui est toujours celle de l'équilibre à maintenir et à faire perdurer. Les champs à moyennes fréquences représentent le moyen extraordinaire de rétablir l'équilibre glandulaire ou de l'augmenter lorsqu'il est déjà correct.

La puberté artificielle

puberté

Le docteur Jean Gautier découvrit le véritable mécanisme d'action de ces champs électromagnétiques, explication qu'il peaufina jusqu'à la formulation qu'il donna à cette méthode d'équilibrage général : la puberté artificielle.
Le grand "chambardement" qu'apporta Jean Gautier dans l'interprétation des phénomènes humains aboutit à comprendre que le but de la puberté n'est pas la sexualité mais l'équilibre glandulaire.
Cet équilibre n'est pas acquis à la naissance mais s'acquiert peu à peu dans les trois premières semaines de vie néonatale par stimulation de la glande génitale interstitielle. Celle-ci ne s'est pas développée dans le foetus contrairement aux trois autres (hypophyse, thyroïde et surrénales) pleinement actives au 3ème mois foetal.
Cet équilibre ne s'accomplit donc que par la mise à niveau de cette 4ème endocrine rendant possible l'équilibre général. Cette courte période néonatale constitue la première puberté. La deuxième puberté étant celle de l'adolescence.

equilibre

La glande génitale endocrine dite interstitielle (testostérone et folliculine) possède un tel pouvoir sur l'économie générale qu'elle règle tout l'équilibre psychophysiologique de l'Homme. Dans son action sur le plan mental, elle possède un rôle majeur puisqu'elle assure le self-control du sujet et toute son activité volontaire.
Elle agit puissamment sur la thyroïde en exerçant un contrôle sur le niveau émotionnel et la stabilité de l'humeur. Moins l'interstitielle est agissante sur l'ensemble glandulaire et plus il y a déstabilisation par un fort niveau émotionnel.

funambule

Rappelons l'expérience d'ablation des ovaires chez une lapine : elle induit aussitôt une hyperthyroïdie, laquelle se trouve à son tour jugulée par un apport d'extraits ovariens. La génitale interstitielle est une sorte de gyroscope physiologique. Elle est comme le balancier du funanbule en équilibre sur sa corde. L'exercice psychologique de la volonté, manifestation du libre arbitre, agit souverainement sur l'équilibre personnel par enregistrement progressif d'actions correctrices tendant aux bons automatismes, c'est-à-dire ceux qui contribuent à la bonne adaptation.
Là encore une boucle favorable s'opère sans cesse chez ceux qui voient la nécessité de cette tension vers un but d'équilibre. La volonté agit sur l'équilibre glandulaire - par le biais nécessaire de la glande interstitielle -, au fur et à mesure de la répétition des actes bons, et ceux-ci se répercutent sur le développement de la volonté.

newton

Le principe d'équilibration ou de régulation endocrinienne ne peut mieux s'exprimer que par la loi générale du docteur Bordier (1929) à propos des champs électromagnétiques : "Quand on veut faire subir à l'organisme une perturbation dérangeant son mode habituel de fonctionnement, il s'établit d'abord une réaction défensive tendant à s'opposer à la perturbation produite." Cette réaction défensive oblige nos forces adaptatives à réagir favorablement.
D'où l'action d'équilibration générale qu'on peut en espérer. Cette méthode s'avère être dans l'ordre pratique, le couronnement des conceptions endocrino-psychologiques du docteur Jean Gautier. Nos glandes agissent à la fois sur le corps et sur le psychisme. Elles en sont le lien parfait. Cette méthode agit donc sur ces deux sphères de la personnalité. Et si l'on a dit que l'on a l'âge de ses artères, il est beaucoup plus vrai que l'on a l'âge de ses glandes !

Exemples de rééquilibrage

Rééquilibrage des troubles Hippocrate

Tous ces dérèglements peuvent être rétablis par l'appareil Equilios. Ce n'est pas l'appareil qui vous soigne mais il vous permet de vous rééquilibrer. Celui-ci va améliorer votre confort de vie et donc vous permettre de surmonter vos difficultés. Ce n'est qu'un outil et comme le père de la médecine, Hippocrate, disait :
"Si quelqu'un désire la santé, il faut d'abord lui demander s'il est prêt à supprimer les causes de sa maladie. Alors seulement il est possible de l'avoir."