Endocrino-psychologie

L'équilibre est naturel

La nature trouve toujours un équilibre, pourquoi pas nous ?

hippocrate-alimentation

Qui suis-je ?

préjugés

Nous avons tous besoin de nous catégoriser pour développer l'image que l'on se fait d'une personne. Généraliser est primordial pour pouvoir estimer rapidement si une personne est digne de confiance et intéressante d'une manière ou d'une autre. Nous sommes tous différents mais je trouve très intéressant d'avoir des préjugés. Le problème est qu'ils peuvent nous suffire, alors que, même les personnes qui nous semblent détestables, ne sont que le reflet de nos imperfections.

Pourquoi j'ai choisi l'Endocrino-psychologie ? Qu'est-ce qui m'a poussé dans cette direction et en quoi ce domaine peut nous apporter à chacun ? Je suis convaincu que l'Endocrino-psychologie, comme la plupart des médecines parallèles, est indispensable pour une compréhension globale et juste du fonctionnement de l'être humain.

préjugés

A chaque fois que je rencontre quelqu'un j'ai tendance à suivre les mêmes étapes pour me donner un avis. Sa formation me permet de savoir de quel milieu il vient, nous sommes tous influencés par nos parents dans la direction professionnelle à prendre. Ensuite, son expérience personnelle me conduit à déterminer s'il a commencé à construire son propre chemin. Et enfin, sa philosophie me livre l'essence de son être, quel rôle veut-il avoir dans sa vie, quelle personne veut-il devenir et donc qui il est vraiment.

Formation

éducation

Je n'ai pas eu l'impression d'être capable de choisir ma formation en tout état de cause. Je trouve que la démarche vient trop tôt dans notre vie car le système éducatif est trop tourné vers la théorie et la profession pour que nous puissions savoir qui nous sommes et ce qui nous entoure. La théorie est constructive quand notre expérience est suffisante pour structurer correctement l'idée. Comment trouver notre voie si nous ne connaissons ni nos moyens, ni notre environnement ?

Alors ma décision s'est effectuée au travers des informations apportées par mes parents. Les études sont indispensables pour notre avenir, plus les études sont longues plus les opportunités seront nombreuses. Je pense que ce fut le cas pour une grande partie de ma génération. Et ainsi, je me suis dirigé vers une école d'ingénieurs.

études

J'ai eu beaucoup de difficulté à terminer ma formation qui a duré 6 ans au lieu de 5. Je suis finalement passé par un IUT pour accéder au diplôme d'ingénieurs. Malgré le manque de motivation, je n'ai pas abandonné. La seule raison qui m'a poussé à continuer était de ne pas accepter l'échec. Je devais me prouver que le problème ne venait pas de mon incapacité mais seulement du fait que cette voie ne me convenait pas.

Ce que l'homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l'apprendra par la souffrance. La connaissance s'acquiert par l'expérience

Il y a toujours des arguments logiques qui nous poussent à croire que le problème vient de nous et pas de ce que nous choisissons. Comment savoir qu'une voie n'est pas adaptée pour nous. Pourquoi penser que nous devons changer pour nous adapter. Ainsi, le choix et la prise de conscience se font. Nous comprenons ce que nous sommes par la découverte de nos limites physiques ou psychologiques. C'est par notre propre expérience que nous trouvons le chemin qui nous convient.

Expérience

Pendant ma formation d'ingénieurs je suis tombé malade. J'ai découvert que j'avais une maladie auto-immune, une hyperthyroïdie de Basedow. Elle s'est manifestée 2 ans avant la fin de mes études. J'étais épuisé toute la journée, stressé, énervé, une faim insatiable et malgré tout, je perdais du poids. Bref, c'était difficile à vivre, j'ai donc suivi un traitement prescrit par un endocrinologue.

Sans trop d'explication sur les causes potentielles de ma maladie, j'ai commencé à prendre le médicament. Au bout de six mois de traitement pendant lesquels je devais faire fréquemment des prises de sang pour modifier le dosage, j'allais mieux. Sans avis médical, j'ai décidé d'arrêter le traitement pensant que j'étais guéri. Le problème n'était pas seulement mon manque de conformité. J'avais également besoin de comprendre globalement ma maladie et ne pas suivre aveuglément le traitement d'urgence.

maladie auto-immune

J'étais persuadé que la cause principale venait de mon hygiène de vie négligée. L'endocrinologue n'était pas prêt à me conforter dans cette idée. C'était d'après lui causé par une période de stress particulière et surtout dû à des antécédents familiaux. J'avais besoin d'entendre et de comprendre pourquoi. Cependant, ce que l'on vous dit pour cette maladie c'est que rien n'est sûr mais qu'il faut essayer le traitement. Il y avait d'après lui une chance sur deux de rémission. Ce qui paraît logique si on ne supprime pas la cause du problème qui était à priori le stress. En outre, la seule solution est l'ablation de la thyroïde.

mal bouffe

C'était une période où j'étais particulièrement négatif et nihiliste. Je continuais mes études de manière procrastine et minimaliste. Le sport ne faisait pas partie de mon quotidien et ma nourriture était peu diversifiée. C'est pourquoi, j'étais très stressé pendant mes périodes d'examen. Je suis persuadé que le traitement médical ne suffisait pas, je devais changer mon hygiène de vie. Cependant, je n'étais pas encore à ce stade de réflexion.

médicaments

Un an après mon arrêt de médicamentation, j'ai replongé dans la maladie. J'ai repris le traitement médical pendant trois ans. Je n'ai pas toujours suivi les dosages et les mélanges de médicament conseillé par les endocrinologues. Plus la durée du traitement se prolongeait plus je sentais que leurs effets s'estompaient. Chaque fois que j'oubliais de prendre un comprimé les symptômes de ma maladie apparaissaient aussitôt.

La méthode des endocrinologues devait durer plus de deux ans en changeant le dosage fréquemment. Ma vie n'était pas assez stable pour suivre conformément le traitement. Mon accoutumance m'enlevait petit à petit la possibilité de réessayer correctement la méthode traditionnelle. Avant de me faire enlever ma thyroïde et avoir un traitement à vie d'hormones synthétiques j'ai voulu essayé l'Endocrino-psychologie. Dès la première séance j'ai arrêté mon médicament et observé une amélioration de mes symptômes.

épanouissement

Malgré la fréquence des séances hebdomadaires, les symptômes revenaient seulement quatre à six jours plus tard. Après plusieurs séances et beaucoup de repos, j'étais transformé, mon nihilisme s'est changé en optimisme. L'appareil m'a permis de redécouvrir la vie, je me suis épanoui. Après trois mois, je n'étais plus dépendant de l'appareil tout en ayant retrouvé une stabilité dans mon hygiène de vie.

Je pense que les médicaments auraient suffi si ma conduite alimentaire, physique et psychologique avait changé en parallèle. Pour moi, la médecine traditionnelle est trop souvent focalisée sur le traitement chimique sans l'approche holistique, complémentaire et indispensable.

Philosophie

Déterminisme

Mon éducation s'est basée sur un raisonnement cartésien. Tout s'explique, chaque acte entraîne des conséquences. Il est important de connaître ces règles de causalité pour comprendre en quoi nous sommes responsables de nos actes. Cela a été ma première leçon de vie.

Comme Spinoza ou Nietzsche je suis déterministe, c'est à dire que je pense que chaque cause entraîne des conséquences. La seule place que je donne au hasard, à la chance, à la coïncidence ou à l'accident est l'expression de notre méconnaissance.

déterminisme

Pour moi, le choix n'est qu'une illusion. Il est tout comme le hasard le fruit de l'incomplétude de notre connaissance. Penser que nous avons le choix, c'est ne pas comprendre toutes les règles de causalité qui nous déterminent. Nous choisissons de faire ce qui nous correspond le mieux mais avons-nous choisi d'être ce que nous sommes ? Avons-nous choisi de naître ? Avons-nous choisi notre environnement, notre famille ou nos capacités ? Où est cette liberté pure indépendante de causes et d'effets ? Comment peut-on croire que nous pouvons créer à partir de rien ? La création n'est autre qu'une transformation ! Le choix n'est autre qu'une compréhension !

Le déterminisme n'est pas une philosophie qui doit nous pousser vers la passivité mais au contraire nous donner la volonté d'avancer dans notre compréhension du monde. Cependant, le fait d'adhérer au déterminisme peut conduire à un laisser aller. En effet, certaines personnes peuvent en déduire que nous n'avons pas de valeur ajoutée n'ayant pas la liberté de choisir. Pourtant, ce n'est pas parce qu'une maison n'a pas le choix qu'elle n'est pas utile. Croire au déterminisme nous oriente vers des règles de causalité fixes. En déterminant ces règles nous sommes plus à même de comprendre ce qui nous correspond le mieux et ainsi de choisir. C'est pourquoi, le déterminisme nous permet de trouver plus justement un sens à notre vie.

Le déterminisme est pour moi la base de la science et le moteur de la recherche de la vérité. L'explication est la clé de nos capacités. La compréhension des règles de causalité peut nous amener là où l'on veut. Faut-il au moins avoir un objectif.

Objectif

direction

Peu importe où l'on est, sans objectif nous sommes perdus. Il est notre moteur, notre lumière et notre direction. Il est notre seule raison de vivre. En effet sans lui pourquoi aller de l'avant et continuer notre route. Nous irons droit dans le mur ou plutôt droit vers notre mort.

Ce n'est pas toujours facile à mettre en application. Nous pouvons naturellement rentrer dans un cercle vicieux où nous acceptons de nouveaux objectifs sans avoir atteint les précédents. Il devient alors courant d'oublier que nos objectifs sont des directions pour nous motiver. Nous devons toujours garder nos distances pour pouvoir nous focaliser sur ce qui est essentiel, chaque chose en son temps.

direction

Plus l'objectif est précis et atteignable plus notre motivation sera grande. A contrario, plus notre objectif est élevé et vague plus nous aurons tendance à abandonner. Nous devons donc garder un objectif en tête et plus nous le diviserons en plusieurs petites étapes plus nous aurons de chance de l'atteindre. Un objectif peut contenir des paradoxes. Chaque étape devient un problème si elle n'est pas à sa place. Il est impossible d'aller à droite et à gauche en même temps, par contre, l'un après l'autre est un jeu d'enfant. Parfois, il est indispensable d'essayer les extrêmes pour trouver le bon équilibre.

Nous avons facilement tendance à voir les choses du mauvais côté. Nous pouvons toujours voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. De même pour un objectif ou un problème, l'un ne va pas sans l'autre, seul le point de vue change. Nos problèmes nous étouffent et nous rongent alors que nos objectifs nous motivent et nous épanouissent. Le positivisme est la clé de notre réussite.

Positivisme

bouddha

Pour moi, le corps et l'esprit ne font qu'un, chaque pensée ne demande qu'à se concrétiser par notre corps. Rester négatif c'est se noyer dans le problème alors qu'être positif c'est choisir de trouver la solution. Ce n'est pas seulement facile à dire, c'est aussi facile à faire, puisque dire c'est penser et penser amène notre corps à le concrétiser. Le système hormonal est nécessaire pour nos adaptations concrètes et leurs mémorisations. Chaque pensée provient de nos expériences. Puisque notre raisonnement logique parvient à cette pensée, le corps peut y parvenir aussi, seuls le temps et l'énergie resteront des facteurs limitants.

Le lien entre le corps et l'esprit est beaucoup plus fort que ce que l'on croit. L'auto-suggestion est une méthode qui fait ses preuves mais qui a été totalement étouffée par l'analyse purement cartésienne du fondateur de la psychanalyse. L'auto-suggestion fut discréditée en étant poussée à l'extrême. Pourtant, cette méthode comme le positivisme montre des résultats de plus en plus prouvés par la science.

Bien entendu, le positivisme exagéré est tout aussi absurde, nous n'allons pas devenir le meilleur sportif du monde seulement en nous persuadant psychologiquement que nous le sommes. Tous les paramètres comptent et aucune condition ne peut être oubliée. Seule l'harmonie nous permet vraiment d'exploiter toutes nos capacités.

Harmonie

harmonie du corps

C'est important de savoir relativiser, tout est question d'équilibre et de nuance. L'harmonie interne et externe est primordiale pour notre bien être. Il ne s'agit pas de tout essayer de déterminer à l'avance ou de tout perfectionner sans savoir où l'on va.

Le perfectionnement des moyens et la confusion des buts

Il ne s'agit pas non plus d'essayer de catégoriser tout le monde de la même manière sans comprendre le rôle que nous avons tous à jouer. Chacun apporte quelque chose qui entre en symbiose avec le tout.

Tout le monde est un génie

De même pour notre corps, notre alimentation, nos gènes et notre état d'esprit, amènent une synergie qui nous donne pleine possession de nos moyens. Aucun extrême ne marche mais nous avons sans doute tous besoin de l'expérimenter pour vraiment le comprendre et trouver le bon équilibre.

L'harmonie ou la symbiose de notre être est subjectif. Nous sommes seuls juges de nous-même car nous sommes les seuls à savoir ce que la vie nous a réservé. Cependant, parfois, il est nécessaire d'être en quête spirituelle pour trouver sa voie.

Spiritualité

L'univers

Chaque chose a sa place dans notre monde. Comme une route sert à nos voitures, l'Homme sert à notre univers. Penser que nous sommes le centre de nos décisions c'est continuer l'égocentrisme. Nous avons d'abord crû que le soleil tournait autour de la terre, ensuite que notre galaxie était le centre de l'univers, ou encore que la conscience était le principal aspect d'un individu. Nous pouvons toujours croire que notre importance sur terre ne suffit qu'à nous-mêmes.

Une approche holistique de l'univers est bien plus performante pour atteindre une analyse plus juste de notre environnement. Nous ne sommes qu'une infime partie d'un ensemble infini (pour nous) et nos capacités sont aussi justement réparties. Notre rôle est minime mais nécessaire, si nous ne trouvons pas notre voie nous perdons le sens de notre vie. C'est ainsi que nous devenons un parasite pour notre univers.

ensemble

Un homme qui n'est pas sur sa voie périra. Comme un cadavre attire les charognards, l'individu perdu dans une quête qui n'est pas la sienne se rendra malade. Comme un ensemble d'atomes forme une molécule, un ensemble d'individus permet l'accès à de nouvelles connaissances et compréhensions. Nous sommes les hormones de notre terre. Isolé nous sommes coupés de cette globalité complexe utile à notre planète. Nous devons garder contact avec nos semblables si nous voulons préserver la vie qui coule dans nos veines.

terre malade

L'humanité a la même place sur terre que notre système endocrinien a d'importance dans notre corps. En nous multipliant autant, nous créons un déséquilibre planétaire qui nous dépasse. Comme une hyperthyroïdie accélère le métabolisme de l'individu, la surpopulation accélère l'évolution de la terre. Le métabolisme est primordial mais en hyperfonction il apporte un déséquilibre de l'Homme engendrant surchauffe, fatigue, irritabilité, problème de digestion, amaigrissement etc. En parallèle la terre subit un réchauffement climatique, une surpollution de l'air, des catastrophes naturelles, des difficultés de recyclage, un amaigrissement des ressources premières etc.

Quand la maladie nous atteint je pense que ce paramètre est autant à prendre en compte que les autres. Peu importe nos habitudes, nous serons recyclés si nous n'avons pas d'utilité à une échelle plus globale. Cultivons nos différences, stimulons la diversité et utilisons nos technologies pour accélérer la communication et le stockage de la ressource première la plus importante, l'information.

Conclusion

Un mauvais équilibre où le négativisme, le manque d'objectif et le déficit de compréhension peuvent facilement s'installer. Un environnement malsain tout comme un état d'esprit nihiliste amène un déséquilibre endocrinien. En rééquilibrant notre système hormonal nous irons plus naturellement vers une alimentation saine et une psychologie positive.

Une bonne alimentation devrait peu à peu nous pousser vers un rééquilibrage de notre santé physique et mentale. En outre, des pensées positives devraient nous amener petit à petit vers une adaptation saine vis à vis de notre environnement. Mais chaque paramètre pris à part aura une influence minime. Pour retrouver un équilibre général nous devons passer par des automatismes de bonne alimentation, de psychologie positive et de bonne conduite générale. Nos actes nous déterminent autant que nos pensées.

synergie

L'holisme montre la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties. L'être humain doit être pris en compte globalement pour être appréhendé correctement. Chaque caractéristique prise indépendamment est sortie de son contexte et donc ne permet pas une analyse juste de l'Homme. L'interdépendance de tout ce qui nous caractérise implique une synergie, catalyseur de nos capacités.